Eglantine, our lost cousin
Author: Marc & Raymonde Perreaux - Belgium
English Translation - Edward Perreaux - Canada

        " I didn't think I even had a paternal family and now at the age of 90 I discover that I do.  You can't believe how happy I am or how important it is for me to know that one exists".

        
These were the first words spoken by Eglantine when Marc and Raymond  met her Friday, November 10, 2000 in Paris.  She had a lot of emotion in her voice when she saw before her members of her paternal family, even if we were distant cousin.  We were just as happy to see her as she was to see us.

Her discovery.

Her life story deserves telling here.

In the fall of 1999, cousin Edward and his wife Beverley decide to come to Belgium and touch the ground of his paternal grandparents Leon Perreaux and Eva Berthe Martin.   Leon originates from Rossart in Belgium and Eva was born in Saint Michel, Aisne, France.  Edward decides to come to Belgium for 4 weeks in March/April of 2000.  On the Perreaux side and as a result of more than two years of email messages Edward and Beverley are relatively well known in Belgium by family and cousins.  But what do we know of the Martin side of the family.  Contact there has been lost for many years except for a few yellowed photographs.
Taking the bull by the horns, I (Marc Perreaux) decide to go to St. Michel, France and do a bit of research with the hope of finding a few of Edward's cousins.  My brother André accompanied and helped me with the research.
Thanks to the good grace of the personnel in the City Hall in St. Michel, who allowed us to go through the civil registries, we moved ahead very quickly.

To our surprise we discovered the birth certificate of one "Eglantine Perreaux" with the inscription in the margin "married to Marcel Landais in Paris".  This discovery to the best of our knowledge was unknown to the family. Our curiosity was now aroused and we pressed on.  Was she unique?.  Who were her parents?. Was she actually part of the Perreaux family?.  All these questions we hoped to find answers to.  While doing our research we were interrupted by one of the employees suggesting that this person could still be alive.

Lady luck was on our side.  With a bit more researching we discovered that her parents were married in St. Michel and we quickly found the marriage certificate.  Her father was called Jean Baptiste and was born in Rossart, Belgium.   His parents were called Jean Pierre Perreaux and Marie Dieudonnée Moreau who lived in Canada.  One of the witnesses to the marriage was Leon Perreaux, his brother.  The link to the family had been made.  Eglantine was certainly part of the Perreaux family yet neither Berthe Perreaux (94 yr.) her cousin in Bruxelles, nor cousins in Belgium or Canada had ever heard a word spoken of her. Jean Baptiste's birth  records are  well documented in the town of Orgeo, Belgium but nothing  more is known of him than his daughter Eglantine.  Yet some of our questions had been answered.
Now how do we find Eglantine?. Here lady luck played a part and smiled on us and smiled on us again.   The Internet gave us a little push in the right direction.  Edward and Beverley are now in Belgium.  With Edward's help we did a bit of research in the Paris telephone book.  No phone number for Eglantine Perreaux but a number for one Eglantine Landais.
With all of us huddled around the phone one evening we called  the number and a grand nephew of Eglantine's answered.  He quickly and happily told us that Eglantine existed and told us she lived in New York.
He told his own mother, who also happily gave us Eglantine's phone number but not before warning Eglantine in New York that she could expect a phone call soon from Belgium.  On a beautiful day in April we phoned Eglantine and heard her bubbly voice for the first time.  Here is how she remembers that call.........

" Hello  Madame Landais?    Yes.   Eglantine?  Yes.  This is Marc Perreaux a cousin in Belgique.   Oh"

What emotion could be felt at that moment from both sides of the Atlantic Ocean.
All in all it was one of the most satisfying discoveries in our genealogical research.

Our first meeting.

We obviously could not leave things there and not get to know her better.  Eglantine was anxious to meet us and invited us to come to New York but such a voyage is already in process, only from New York to Paris. Eglantine also announced that she was returning to France this year to have a knee operation.  She has suffered with this ailment for quite some time.  It would therefore be easier for us to visit her in Paris than in New York.   We, Marc and Raymonde  agreed to meet her the weekend of November 11.  By  01.00 PM on the 10 of November we were in fact in Paris.  She knew we were coming but she was still very emotional when she opened her door to us.  Before us stood a lady, soon to be 89, helped by a cane because of her knee.  A lady of very good spirit and very cultivated (she has a library of over 2000 books) .  Her greeting of us was immediate and warmly felt.  Eglantine opened her heart with generosity, without prejudgments or the setting of taboos.  She told us the story of her life.   We never felt that she wanted to avoid any subject.   She has absolutely no animosity towards her paternal family, to the contrary, she wanted to  know as much as possible about them.  She wants now to visit the country of her ancestors and her cousins in Canada.
During the 4 days we were with her in Paris, we spent several hours each day with her and had several meals with her as well.  Each time we met she had something new to tell us.  Meeting her made us realize that we had here an uncommon, colorful, fascinating person.  We will always have a wonderful souvenir of our first meeting.

The lady and her life.

Eglantine was born on February 2, 1912 a Friday, in a small house on Rochefort in Saint-Michel, Aisne, France.  Her father was Jean Baptiste Perreaux, 34 years old, a wood cutter, born in Rossart, province of Luxembourg, Belgium.  Her mother was Georgette Rachelle Baudemont, 28 years old, born in St. Michel, Aisne, France.  Georgette was a widow of Albert Barloy and mother of 2 girls, Rachelle, 8 years old now dead and Rose, 5 years old.
Her maternal grandfather Georges Baudemont, a liberal thinker wanted her named Eglantine apparently because it is the name of the flower of a liberal thinker.  It is therefore a pretty name.
Unfortunately for Eglantine, her father Jean Baptiste abandoned his wife and infant daughter two months after her birth.   He returned to Belgium.  Why?  She never knew and her mother never talked about him nor wanted to.  She simply told her that he drank.  Eglantine was a bit miffed with her mother for keeping her ignorant of the facts.  We will probably never know the real reason.  Eglantine told us that her grandmother Marie Dieudonnée Perreaux (Moreau) had invited them to come to Canada but Georgette refused to go.   Had she her life would have been quite different.
She was raised by her grandparents , Georges Baudemont and his wife Marie Baudemont (Cohidon) until she was 12.  Her mother lived in the area of Paris and worked in a store that sold luxury shoes to help raise her two older sisters. 
In 1916 her grandfather Georges Baudemont died.  He had always been very kind , loving and generous to her.  His death caused her much pain.
        That same year (1916), hoping to escape the German armies, her mother and the 3 children took refuge in Belgium, then to Switzerland and finally to Saint Maximin on the Azure Coast (French Riviera). 
While in Belgium, Eglantine was baptized. She had a baker and his wife as godparents.  Returning to Saint-Michel she stayed with her grandmother, pampered by her and her maternal aunts.  The Belgian border was not far and took many courses there passing through the forest.   She has memories of loving cinnamon cookies. They are called  "Spécaloos" in Belgium. She also remembers her gentle aunt Appoline (Cohidon) because she would meet her when going to get milk at the farm. She had already an appreciation of reading and writing.
        Eglantine returned to live with her mother in Paris in 1924 to continue her studies.  Because it was very expensive she started to work at the age of 14.  She worked in a small factory for about one year.  She started doing filing which didn't please her much.  She then worked on a photo copier.  She loved children and actually wanted to become a mid-wife. She therefore started night school, but would never finish because her life destiny was otherwise decided by other events.  About this time her sister Rachelle married her boss, a wealthy factory director.
        At 16 her life takes another direction.  While on holidays in Nice on the Azure Coast with her sister and brother in law one day she noticed Henri Matisse a great painter of the time, quietly sitting on a terrace. She immediately wanted to meet him.  How was she going to do that? Being craft she went behind him and gently brushed against him.  She excuses herself to the great painter being sure to call him by name.  Astounded at find a young girl that recognized him, Matisse initiates a conversation.  Struck by her beauty, especially her long blonde hair, Matisse asks her to work as a model for him.  She quickly accepts his invitation.
        Thus, Eglantine enters fully in the world of the arts, painting, sculpture, theatre etc.  She would make frequent trips between Nice and Paris to work with Matisse.  "The Velvet Robe" painted in 1942 is an illustration of her collaboration with him. As well as posing for classical paintings, she also illustrated poems by Ronsard and Mallarmé.  She will rub shoulders with other great names like Braque, Brianchon, Chapiro, Chagall, Kadensky, Derain, Arnoux and others.  Her memory of Braque is memorable since she planned an intentional fall from her bicycle in front of his house and he came out to help rescue her.   She also met Picasso a few years before the Second World War.   Today she still has many acquaintances and friends in the theatre world of Paris and New York.
        In 1932, Eglantine marries Marcel Landais in the 13th district of Paris.  Marcel comes from a very old Parisian family.  He worked in a bank and is the perfect employee but never take the initiative and avoids responsibilities.  A year later they move to Wurtz street.  Of her in-laws she would say that they were brave people, very honest but also made her pay for meals taken at their home.  Marcel never wanted children while Eglantine wanted many.  Their understanding and communication as a couple was far from perfect.
        Her grandmother Marie Baudemont (Cohidon), that she loved dearly, died in 1935 cutting all ties to St. Michel.
        In 1940, Germany starts his armies into Belgium and northern France.  Eglantine registers at Fougères in Brittany and joins the French resistance.  One of her duties was transporting dynamite between Fougères and Nice by hiding them between two Matisse canvasses.  For these trips she dressed as a very distinguished lady.  She also hid Jews in her apartment in Paris.
        On April 14, 1941, Eglantine brings a little girl into the world that she called Aline Claire.  Like her mother Eglantine this little girl would be brought up in the world of artists and the theatre first in Paris and then in New York.
        In 1960 her husband Marcel is transferred to Nice.  They leave Wurtz Street and move to Avenue des Baumettes.  Marcel  dies suddenly on the street of cardiac arrest in September, 1973.
        Aline takes over a large apartment in New York and has her mother, Eglantine, move there in 1974.  Eglantine helped Aline in the "La Rousse" restaurant that she owned from 1979 to 1983.  The restaurant was famous for it's pastries.  On September 3, 1990, Aline dies after a bout with cancer.  Since then Eglantine continues to live alone in a section of New York where many early immigrants landed.  She is surrounded by her two nieces, her friends and Aline's friends. Mammy Landais as she is lovingly called my fellow pensioners at the Rosier Rouge home where she currently is in Paris is not lonely at all.
        Having given her the news of her new family in Belgium and Canada was the best gift that we could have given her.
        Eglantine, the fighter has overcome much adversity in her life and is now no longer known as the unknown cousin.

Author: Marc et Raymonde Perreaux - Arlon, Belgium

POST:   Eglantine Paule Perreaux passed away in a convalescent home in Versailles, France on October 13, 2004


Eglantine, la cousine inconnue

        " Je pensais que je n'avais pas de famille paternelle et maintenant à près de 90 ans, je découvre que j'en ai une. Tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse car c'est très important pour moi de savoir qu'elle existe ".

        Ce sont les premiers mots qu'Églantine nous a dits lors de notre rencontre historique de ce vendredi 10 novembre 2000 à Paris. Il y avait beaucoup d'émotion dans sa voix  en voyant devant elle des membres de sa famille paternelle, cousins éloignés certes, mais tout aussi heureux qu'elle de faire sa connaissance. 

        La découverte.        

        L'histoire mérite d'être contée.
        
        Fin 1999, cousin Edward  décide de venir faire connaissance avec la terre de ses grands-parents paternels Léon Perreaux et Eva Martin. Le premier est originaire de Rossart en Belgique, la seconde est née à Saint-Michel dans l'Aisne en France. La visite est pour mars et avril 2000.  Coté " Perreaux ", et suite à nos échanges de courrier depuis deux ans, la famille lui est relativement bien connue et plusieurs cousins et cousines, proches et moins proches pourront être rencontrés. Mais qu'en est-il du coté " Martin "? Tout contact a été perdu depuis de nombreuses années. Restent quelques photos jaunies.

        Prenant les devants, je décide d'aller faire quelques recherches à la mairie de Saint-Michel avec l'espoir de retrouver quelques cousins à Edward. Mon frère André m'a accompagné dans cette recherche. Grâce à l'amabilité du personnel de la mairie qui nous a permis de consulter les registres de l'état civil, nous avons pu assez rapidement  retrouver l'existence d'Yvelinnes, une cousine qui habite toujours la petite ville.

Mais qu'elle ne fut pas notre surprise de découvrir l'acte de naissance d'une " Églantine Perreaux " avec inscrit en marge: mariée à Marcel Landais à Paris. Pour nous, elle était inconnue au bataillon. Notre curiosité nous poussa à en savoir plus: était-elle unique, qui étaient ses parents, faisait-elle partie de la famille Perreaux, vivait-elle encore, si oui où, avait-elle fondée une famille, Y a-t-il des cousins à connaître? Toutes questions auxquelles nous souhaitions trouver une réponse. Interrogée,  l'employée de la mairie nous as dit que cette personne  devait encore être en vie.

La chance était avec nous car ses parents s'étaient mariés à Saint-Michel et nous avons facilement retrouvé l'Acte de mariage.  Son père s'appelait Jean Baptiste, il était né à Rossart. Ses parents s'appelaient Jean Pierre et Marie Dieudonnée Moreau et habitaient le Canada. Un des témoins du mariage était Léon Perreaux son frère. Le lien était trouvé, Églantine fait bien partie de la famille " Perreaux ". Pourtant ni Berthe Perreaux ( 94 ans ) sa cousine de Bruxelles, ni ses cousins du Canada n'en avaient entendu parler par leurs parents. Jean Baptiste était bien  inscrit  à la mairie d'Orgeo mais pas plus connu de la famille que sa fille. Quelques questions venaient néanmoins de trouver une réponse.

Maintenant comment retrouver sa trace? Là aussi dame chance nous a souri et Internet nous a donné un petit coup de pouce. Avec Edward nous avons entrepris une recherche sur l'annuaire téléphonique de Paris. Pas d'Églantine Perreaux mais bien un numéro au nom d'Églantine Landais à Paris.
Nous avons appelé ce numéro et c'est un petit neveu d'Églantine qui nous a répondu. Il  nous a aimablement confirmé son existence et nommé son domicile: New York. Il a transmis notre requête a sa mère qui nous as tout aussi aimablement communiqué les coordonnées d'Églantine, non sans l'avoir prévenue. La suite, c'est un beau jour d'avril l'appel téléphonique à Églantine et la découverte d'une petite voix toute pétillante qui nous répond.
Voici comment elle raconte ce premier appel :
 
" Allo. Madame Landais?    Oui.   Eglantine?  Oui.   Ici c'est Marc Perreaux un cousin de Belgique.   Oh "

Que d'émotion à cet instant de chaque coté de l'Océan Atlantique.

Pour tout dire, c'est une des plus belles satisfactions de nos recherches généalogiques.


La rencontre.

Nous ne pouvions évidemment en rester là et faire plus ample connaissance s'imposait. Églantine avait hâte de nous rencontrer et nous as invités à venir la voir à New York mais un voyage pareil, cela se prépare. Églantine nous avait aussi annoncer son retour en France dans le courant de l'année pour soigner un genou qui la fait souffrir, c'était dès lors plus facile pour nous d'aller la voir. Début octobre elle était à Paris. Nous avons convenu de nous rencontrer le week-end du 11 novembre. Le 10 à 13 heures nous étions à Paris et vers 15 heures nous frappions à sa porte. Elle était prévenue et nous attendait mais son émotion était très forte quand elle nous a ouvert la porte de sa chambre.

Nous avons découvert une personne âgée certes - bientôt 89 ans -, s'aidant d'une canne à cause de son genou  mais très volontaire et à l'esprit très éveillé et très cultivé ( elle a une bibliothèque de 2000 livres ) . Le contact a été immédiat et les échanges très directs et très chaleureux. Eglantine nous a ouvert son cœur sans état d'âme ni préjugé ou tabou et nous as raconté sa vie. Nous n'avons jamais senti qu'elle voulait éviter d'aborder un sujet ou l'autre. Elle n'avait pas non plus  d'animosité envers sa famille  paternelle, au contraire, elle voulait en apprendre le plus possible. Elle veut d'ailleurs aller découvrir le pays de ses ancêtres et faire connaissance de ses cousins canadiens.

Pendant les 4 jours passés à Paris, nous avons passé plusieurs heures tous les jours avec elle et pris plusieurs repas ensemble et à chaque fois elle avait quelque chose de nouveau  à raconter. Ce fut une rencontre avec un personnage hors du commun et haut en couleurs très attachant avec des cotés fascinants. Nous en conservons un formidable souvenir.

Le personnage et sa vie.

Églantine est née le 2 février 1912, c'était un vendredi, dans une petite maison de la rue de Rochefort à Saint-Michel dans l'Aisne en France. Son père était Jean Baptiste Perreaux, 34 ans, scieur de bois, né à Rossart dans la Province de Luxembourg en Belgique. Sa mère était Georgette Rachelle Baudémont, 28 ans, née à Saint-Michel.
Elle était veuve de Albert Barloy et mère de deux filles, Rachelle - 8 ans, actuellement décédée - et Rose -  5 ans.
Son grand-père maternel Georges, libre penseur,  a voulu qu'elle soit appelée Eglantine qui paraît-il est la fleur de la libre pensée. C'est un bien joli prénom.

 Malheureusement pour elle, son père a quitté femme et enfant deux mois après sa naissance, il est rentré en Belgique. Pourquoi? Elle n'en sait rien, sa mère n'en parlait pas ou ne désirait pas en parler. Elle lui a seulement dit qu'il buvait. Eglantine en voulait un peu à sa mère de la tenir dans l'ignorance. On ne connaîtra  probablement jamais la vrai raison. Elle nous a dit, que la grand-mère Marie Dieudonnée, les avaient invités à venir les rejoindre au Canada mais que sa mère avait refusé. Ma vie aurait probablement été tout autre dit-elle.



Elle sera élevée par ses grands-parents à Saint-Michel jusqu'à l'âge de 12 ans. Sa mère vivait dans la région parisienne, elle travaillait dans la confection de chaussures de luxe pour élever ses deux sœurs. En 1916, son grand-père qui était très bon et très généreux et qu'elle aimait beaucoup meurt. Elle aura beaucoup de peine.

Cette année-là, espérant fuir les armées allemandes, sa mère et les trois enfants se réfugient en Belgique puis passent en Suisse pour aboutir finalement à Saint-Maximin  sur la Côte d'Azur. Lors de son passage en Belgique, elle a été baptisée, elle a eu un boulanger et sa femme pour parrain et marraine. De retour à Saint-Michel, elle reste avec sa grand-mère, choyée par elle et ses tantes maternelles. La frontière belge n'étant pas loin, elles venaient régulièrement faire des courses en Belgique en passant par le forêt. Elle se souvient particulièrement des biscuits secs à la cannelle - le spéculoos -  qu'elle aimait beaucoup. Elle se souvient aussi de la gentille tante Appoline qu'elle rencontrait en allant chercher le lait à la ferme. Elle  aime déjà beaucoup lire et écrire.

Elle vient retrouver sa mère à Paris en 1924 pour poursuivre ses études. Mais celles-ci étant chères, elle commence à travailler à 14 ans. Elle est employée dans une petite fabrique pendant environ 1 an. Pour commencer, elle classe des fiches, ce qui ne lui plaît pas beaucoup, ensuite elle copie  du courrier en l'écrivant à la machine. Elle aimait beaucoup les enfants et voulait être sage-femme. Elle commence alors des cours du soir qu'elle n'achèvera pas, le destin en décidant autrement. Entre-temps, sa sœur aînée, Rachelle, a épousé son patron, un riche directeur d'usines.

A 16 ans, sa vie va prendre une toute autre orientation. Passant des vacances à Nice ( Cote d'Azur ) avec sa sœur et son beau-frère, ils aperçoivent un jour Henri Matisse, un grand peintre de l'époque, assis tranquillement à une terrasse. Elle a tout de suite voulu faire sa connaissance.  Mais voilà, comment aborder un grand personnage quand on est un peu timide. Eglantine est très futée, elle passe derrière Matisse et le bouscule légèrement. Elle s'excuse auprès du peintre en prenant bien soin de l'appeler par son nom. La glace est rompue. Étonné de rencontrer une jeune fille qui le connaissait, Matisse entame la conversation. Frappé par sa beauté et surtout ses longs cheveux dorés, il lui propose de travailler pour lui comme modèle, ce qu'elle s'empresse d'accepter.

C'est ainsi qu'Eglantine entre de plein pied dans le monde des arts, peinture, sculpture, théâtre, etc. Dès lors, elle fera de fréquents voyages entre Paris et Nice pour venir travailler avec Matisse. " La robe violette " peinte en 1942 est une illustration de cette collaboration. Outre des peintures classiques, elle a participé à l'illustration de poèmes de Ronsard et de Mallarmé. Elle va y côtoyer  de grands noms comme Braque, Brianchon, Chapiro, Chagall, Kadensky, Derain, et j'en passe. Sa rencontre avec le premier est aussi très particulière: elle chute volontairement à vélo devant la maison du peintre qui vient lui porter secours.  Elle fera aussi connaissance avec Picasso quelques années avant la guerre. Aujourd'hui, elle a encore bien des connaissances et des amis dans le du monde du théâtre à Paris et à New York.

En 1932, elle épouse Marcel Landais dans le 13ème arrondissement à Paris. Celui-ci descend d'une vieille famille parisienne. Il est employé de banque mais c'est le parfait fonctionnaire qui ne prendra jamais d'initiatives et qui fuit les responsabilités.
Un an plus tard, ils s'installeront rue Wurtz. De sa belle-famille elle dira que ce sont de braves gens, très honnête mais qui lui faisait payer les repas qu'elle prenait chez eux. Marcel ne voulait pas d'enfant alors qu'elle en aurait voulu plusieurs. L'entente du couple était loin d'être parfaite.

Sa grand-mère Marie qu'elle aimait beaucoup décède en 1935 la coupant de ses attaches à Saint-Michel.

Mai 1940, c'est le déferlement des armées allemandes sur la Belgique et la partie nord de la France. Eglantine s'inscrit à Fougères en Bretagne. Elle entre dans la résistance et va transporter des bâtons de dynamite de Fougères à Nice en les dissimulant entre deux toiles de Matisse. Pour le voyage, elle s'habillera en dame très distinguée. Elle va aussi cacher des juifs dans son appartement de Paris.

Le 14 avril 1941, Eglantine met au monde une petite fille qu'elle appellera Aline Claire. Comme sa maman, celle-ci  vivra dans le monde des artistes et plus particulièrement du théâtre à Paris et ensuite à New York.

En 1960, son mari est transféré à Nice. Ils quittent la rue Wurtz pour s'installer Avenue des Baumettes. Marcel décède en rue des suites d'une crise cardiaque en septembre 1973.

Aline qui dispose d'un grand appartement à New York  fait venir sa mère près d'elle en 1974. Eglantine l'a aidée dans le restaurant " La Rousse " qu'elle a tenu de 1979 à 1983, elle y faisait les pâtisseries. Le 3 septembre 1990, Aline décède des suites d'un cancer. Depuis elle continue à vivre seule dans ce quartier qui a vu débarquer les premiers arrivants mais pas abandonnée car bien entourée de ses deux nièces,  de ses amis  et de tous ceux  d'Aline qui lui ont conservé toute leur amitié. Mammy Landais comme l'appellent familièrement les pensionnaires du Rosier Rouge où elle séjourne actuellement, ne s'ennuie pas.

Lui avoir révélé sa famille est le plus beau cadeau que nous pouvions lui faire.


Eglantine la battante a pris le dessus sur l'adversité et elle n'est plus la cousine inconnue.




French version follows